office@keren-nolyor-el.com

Israël: plus de chocs prévus pour le shekel après la baisse inattendue du taux d’intérêt de référence

Israël: baisse inattendue des taux d’intérêt et chocs prévus pour le shekel.

Taux d’intérêt: il semblerait que la gouvernante de la Banque Centrale d’Israël  Karnit Flug n’a pas tout à fait terminé d’entraîner la baisse du shekel, après avoir surpris les économistes en réduisant le taux de référence lundi dernier.

En effet, une fois que Flug a réduit le taux d’intérêt de référence au niveau record de 0,1% lundi dernier, le shekel a effectué ce qui, historiquement, à été sa plus grande descente au cours d’un mois pour se retrouver à 3,914 NIS pour un dollar, surprenant largement les économistes. Ceci a été fait dans le contexte d’un effort visant à aider à inverser la chute des prix à la consommation qui dura cinq mois, et qui inquiéta beaucoup de gens qui s’attendaient à ce que l’économie souffre une deflation imminente. 

Les économistes ont dit que comme les réductions de taux d’intérêt sont presque épuisées, Flug peut augmenter les interventions sur les marchés d’échange de devises, ou commencer à acheter des obligations par ce qu’on appelle “l’assouplissement quantitatif” afin d’encourager des taux d’intérêt plus bas. La baisse des taux d’intérêt était la dernière parmi une série de surprises de la part des banques centrales allant de la Suisse à l’Australie. Pendant ce temps, les acteurs économiques tentent d’éviter la déflation et l’affaiblissement de leurs monnaies, afin d’alimenter une croissance économique motorisée principalement par les exports. 

Shlomo Maoz, économiste en chef à S.M. Tel Aviv Investments Ltd, et l’une des trois personnes à prévoir correctement une baisse des taux d’intérêt, a déclaré: « nous sommes au milieu d’une guerre globale des monnaies, dans laquelle Israël ne peut pas se permettre de perdre sa compétitivité mondiale. La Banque Centrale d’Israël ne permettra pas une appréciation du shekel jusqu’à ce que l’économie mondiale se rééquilibre, nous l’espérons, en 2016, une fois que l’économie américaine tirera l’économie mondiale vers le haut ». Alors qu’entre Juillet et Décembre le shekel s’est affaibli d’environ 9% vis-à-vis d’un panier de devises, il a depuis compensé pour certaines de ces pertes. La monnaie a perdu 1,4% de sa valeur contre le dollar lundi dernier, ce qui représente la troisième plus grande baisse parmi les 31 devises principales. Il s’est déprécié de 1,1% à 3,9546 à 16h15 à Tel Aviv le mardi.  

Depuis 2011, la banque centrale d’Israël a réduit les taux d’intérêt 13 fois en tentant d’aider à stimuler la croissance. Elle a également acheté des devises pour affaiblir le shekel, et rendre les exports plus compétitifs.

La Banque Centrale d’Israël a indiquée qu’elle est prête à suivre la Réserve Fédérale Américaine et la Banque Centrale Européenne dans leur utilisation d’autres instruments pour stimuler l’économie. Lundi, la BCI a déclaré qu’elle “examinera la nécessité d’utiliser plusieurs outils afin d’atteindre ses objectifs”, faisant écho aux commentaires faits en Décembre, ou elle déclara que des “outils non conventionnels  » pourraient être nécessaires. 

L’expansion d’Israël de 2,9% a été la plus faible depuis 2009, et le pays a connu plusieurs mois de déflation, les prix à la consommation tombant à 0,5% au cours des 12 mois jusqu’à Janvier. La banque a indiqué que sa dernière réduction visait à retrouver d’ici un an un taux d’inflation qui ciblait une fourchette de 1% à 3%, ainsi que de soutenir la croissance tout en maintenant la stabilité financière. 

Comments are closed.