office@keren-nolyor-el.com

Surfaces de bureaux : Tel Aviv de plus en plus chère sur fond de ralentissement pour les autres villes

Tandis qu’un ralentissement se fait ressentir sur l’ensemble du territoire, la demande ne fait qu’augmenter à Tel Aviv.
Pour la première fois, le prix moyen des bureaux y passe la barre des 100 ILS/m2.

Tel Aviv continue de donner le ton en matière de prix de l’immobilier : au cours du second trimestre 2019, le marché des bureaux a enregistré une augmentation des prix à la location de 2 % par mois, soit une augmentation de 5 % sur l’ensemble de l’année.
Pour la première fois, le prix moyen passe la barre des 100 ILS/m2, à savoir 101 ILS/m2 soit une augmentation du prix moyen de 2 % entre les premier et second trimestre 2019.

Ces chiffres ont été mis en lumière par la société CBRE-Israël, qui dans son étude s’est intéressée aux surfaces de bureaux d’une part, mais également aux infrastructures logistiques.
Juste après Tel Aviv vient Hertzliya avec un prix moyen à 86 ILS/m2 ; à noter toutefois que cette ville connaît un certain ralentissement et n’a connu aucune augmentation de ses prix au cours de la dernière année.
En 3ème place arrive Ramat Gan avec un prix moyen à 82 ILS/m2, qui n’a enregistré aucune augmentation entre les 2 derniers trimestres, mais une augmentation d’un petit pour-cent au cours des 12 derniers mois.
La Capitale – Jérusalem – arrive en 4ème place avec un prix moyen à 67 ILS/m2 et sans changement dans ce domaine au cours de l’année passée.
Enfin, en 5ème position arrive Haifa, où le prix moyen au m2 d’une surface de bureau est de 65 ILS/mois et une augmentation de 2 % au cours des 12 derniers mois.
Netanya avec ses 46 ILS/m2 surprend avec une augmentation au cours des 12 derniers mois de 5 %, tandis que Raanana et Rehovot n’ont enregistré aucune augmentation entre les 2 derniers trimestres, mais une augmentation de 2 % au cours des 12 derniers mois.

Le rapport rendu s’intéresse également au taux de remplissage, qui reste soutenu et en progression, à savoir 94 % à Tel Aviv, et ce en dépit de l’augmentation des prix et des nouveaux projets en cours ; de fait, depuis 2018, 700,000 mètres de surfaces de bureaux ont été mis en chantier pour la région Tel Aviv – Gush-Dan.
À Ramat Gan, le taux de remplissage est de 93 % ; il est de 90 % à Raanana et de 86 % à Petah Tikva.

Selon CBRE-Israël, le marché des surfaces de bureaux jouit directement de la Croissance que connaît Israël : nombre d’entreprises connaissant un essor et amenées à recruter ont besoin de bureaux pour accueillir leurs employés ; cette tendance a toutefois connu un léger ralentissement au cours du second trimestre 2019.
Pour illustrer son propos, CBRE-Israël cite notamment l’exemple des tours de bureaux dernièrement livrées à Tel Aviv, celle de Sarona-Azrieli qui est déjà pleinement occupée, mais également celles du groupe Hadjadje qui continuent de se remplir à un rythme soutenu.
Cette zone est d’ailleurs le Centre d’affaires de Tel Aviv et de nouveaux projets y sont actuellement en cours de construction, promus par de grands noms de l’immobilier israélien, tels que Africa-Israel, ou encore Canada-Israel et Acro.
Nombre d’autres projets sont également à différents stades de construction.
Le périphérique Ygal Alon va également connaitre de profondes mutations, afin de palier à l’accroissement de la circulation dans cette zone.

Enfin, CBRE-Israël​ ​met l’accent sur la typologie des locataires qui a changé, tout particulièrement dans les zones commerciales ; de fait,  les zones de loisirs et culture ou encore les restaurants ont gagné énormément de terrain, tandis que les commerces traditionnels en ont perdu.
Ce point inquiète d’ailleurs les promoteurs qui hésite à lancer des projets de construction de centres commerciaux, hormis dans les nouveaux quartiers résidentiels.
Ainsi, ce type de projets est laissé aux mastodontes du secteur.

Ynet

Les étapes du financement en France et/ou Europe

Cliquez ici