office@keren-nolyor-el.com

Rachat de crédit : réforme sur les pénalités de remboursements par anticipation

Rachat de crédit : réforme sur les pénalités de remboursements par anticipation

A compter d’aujourd’hui, les pénalités de remboursement anticipé et de rachat de crédit seront calculées à partir d’une nouvelle formule établie par la Banque Centrale d’Israel. Cette formule bénéficiera aux emprunteurs de crédits immobiliers qui paient des taux d’intérêts plus hauts que la moyenne.

C’est une bonne nouvelle pour les emprunteurs. Les frais de pénalité pour remboursement anticipé seront calculés selon une nouvelle formule établie par la Banque Centrale d’Israel. Ce calcul profitera aux emprunteurs aux revenus faibles et devant généralement payer des taux d’intérêt plus importants que la moyenne.

Cet aménagement des pénalités de remboursement anticipé est entré en vigueur aujourd’hui.

L’emprunteur décide, en général, de faire un rachat de crédit ou un remboursement anticipé due à une baisse des taux d’interêt. Ces derniers étant à un niveau plus bas qu’ils ne l’étaient au moment de l’emprunt, cela porte préjudice au capital de la banque. Elle fait donc payer une pénalité au client afin de compenser cette perte.

Ce changement, instauré par la Banque Centrale d’Israël, bénéficiera essentiellement aux emprunteurs aux revenus modestes qui se sont vus octroyés un crédit immobilier à un taux relativement élevé. Les pénalités sont calculées en faisant la différence entre le taux d’interêt initial et celui utilisé après le rachat de crédit. Dorénavant, les frais pénalité seront plus bas pour les clients dont les taux d’interêt sont plus hauts que la moyenne. En revanche, les clients qui ont contractés des crédits classiques à taux d’interêt faible ne sont pas concernés par cette nouvelle mesure.

Ce changement a été proposé il y a deux ans par le Comité des Affaires Economiques. Actuellement, le fait que les taux d’intérêts sont faibles font que les rachats de crédit sont de plus en plus recherchés. Les bilans financiers des banques pour les trois premiers trimestres de 2014 montrent que le phénomène prend de l’ampleur. Pour exemple, la banque Mizrahi Tfahot, l’établissement prêteur de crédits le plus important du pays, a enregistré une augmentation de volume de 15% des refinancements. Aussi, la banque Leumi, qui a le deuxième plus grand portefeuille de prêts hypothécaires du système bancaire Israélien, a enregistrée une augmentation de 50% du nombre de refinancements.

1 Comment

Comments are closed.