Le marché locatif plus fort que la Covid-19 ! - Crédit Immobilier en Israël et en France
office@kne-ltd.com

Le marché locatif plus fort que la Covid-19 !

L’étude des chiffres publiés par Yad 2, célèbre site de particulier à particulier, a permis de mettre en lumière une tendance contredisant toutes les observations : au cours de la période écoulée entre les mois de février et la mi-mai 2020, nous assistons à un marché locatif en pleine effervescence, le coût moyen des loyers a augmenté en Israël comparativement à la même période l’année passée.

Plusieurs spécialistes du secteur attestent d’un véritable engouement de la part des ménages pour les locations.

Selon une étude menée auprès de différents acteurs du marché des locations immobilières, qu’il s’agisse de comparateurs en ligne, de sites de petites annonces de particulier-à-particulier, à l’instar du site Yad 2, ou encore des agences immobilières spécialisées, le marché locatif est actuellement en pleine effervescence et montre des signes d’accélération.

D’ailleurs, le site Yad 2, célèbre site de particulier à particulier, met en lumière le fait que depuis la mi-mai 2020 – soit peu après le déconfinement – les demandes de locations seraient en pleine augmentation sur l’ensemble du territoire ; ce constat s’appuie sur la quantité de recherches effectuées au cours de cette même période sur le site internet.

Ainsi, rien qu’au cours de la période du 10 au 16 mai 2020, plus de 42,000 recherches ont été effectuées pour la seule ville de Tel Aviv, tandis qu’entre les 12 et 18 avril, seules 26,000 recherches furent effectuées…
Et le constat est similaire pour des villes comme Jérusalem, Beer Sheva, Bnei Brak et Eilat.

Ce constat s’inscrit toutefois dans une tendance déjà bien installée, et ce avant la crise de la Covid-19, à savoir une diminution de l’offre et une augmentation de la demande ; semble que la crise du marché locatif ressentit en début de crise sanitaire, a simplement été un catalyseur.

Il est vrai que le confinement a eu des conséquences désastreuses sur l’Économie mondiale.

Toutefois, force est de constater que l’Économie israélienne a à plusieurs reprises démontré sa résilience.

En ce sens, et bien qu’à ce stade les bailleurs peuvent encore avoir quelques inquiétudes somme toute légitimes, tout laisse à penser que sous peu cette situation devrait rentrer dans l’ordre ; de fait, il existe de nombreuses solutions pour rassurer les bailleurs en Israël à l’instar des garanties bancaires ou encore des cautions, mais également des signes plus qu’encourageants d’une Économie repartie sur les chapeaux de roue au sortir du confinement.

D’ailleurs, les économistes et analystes s’entendent à dire que la Croissance devrait être exceptionnelle en 2021, mais également un retour à un niveau de quasi plein-emploi d’ici la fin 2021.

À noter que cette tendance, à savoir un pic de recherches et de transactions, est souvent observée aux alentours de cette période – mai, juin, juillet – en vue de la rentrée scolaire du mois de septembre, les ménages souhaitant changer de lieu d’habitation durant la période estivale afin d’éviter trop de désagréments à leurs enfants.

Semble que cette tendance a cependant été exacerbée par l’enthousiasme lié au déconfinement et que cet engouement devrait connaître un certain ralentissement dans les mois à venir.

Le marché immobilier israélien reste un marché dynamique, tout particulièrement celui des locations si bien qu’il reste complexe de dégager une tendance en temps réel.
Pour autant, une simple étude des prix de vente moyen, ainsi que de ceux des locations, au cours de la période écoulée entre les mois de février et la mi-mai 2020 comparés à ceux de la même période l’année passée permet de mettre en lumière une hausse des prix.

L’étude a porté sur des appartements de type F-3 dans différentes villes.
Elle a notamment permis de mettre en lumière une augmentation moyenne du coût du loyer sur ce type de bien de 3.40 % à Tel Aviv, passant de 6,145 ILS à 6,353 ILS/mois ; à noter qu’il s’agît là des loyers demandés sur le site et non de ceux conclus.

Même constat pour la capitale Jérusalem où l’augmentation enregistrée est de 4.60 %.
À Eilat il est question de 4.80 % et 3.20 % à Bné Brak.
Seule Beer Sheva a enregistré une baisse minime de 0.70 %.

Vidéos Chroniques immobilières

Cliquez ici