Chargement...

Immobilier en Israël : les loyers en pleine augmentation
Immobilier en Israël : les loyers en pleine augmentation

Les prix à l’achat qui selon les chiffres du BCS – Bureau Central des Statistiques – ont augmenté de 6 % en 2016, connaissent actuellement un ralentissement.
En parallèle, le coût des loyers est en pleine augmentation.

Selon les chiffres du BCS, 2017 a démarré lentement avec une augmentation des prix de l’immobilier de 0.1 % par rapport à la fin 2016, contre 6 % entre le 1/01/2016 et le 31/12/2017.
Un autre chiffre attire toutefois l’attention, celui de l’indice des prix des loyers qui connait une augmentation de 1.10 % depuis le début de l’année 2017, indice ayant un impact à la hausse sur l’indice du coût de la vie.

Concernant l’indice des prix du logement, il est évident que les opérations dites de  » prix ciblé  » [ndlr : appartements dont les prix très en deçà des prix du marché sont vendus dans le cadre d’une loterie soumise à de nombreux critères de participation] affectent ses courbes ; ainsi, lorsque les ventes dans le cadre de ce type d’opérations ne sont pas prises en compte, apparaît que l’augmentation du coût à l’achat est plus importante.
Pourtant, pour 2017, et quand bien même ces transactions sont retirées des statistiques, force est de constater que les prix de l’immobilier stagnent et connaissent un ralentissement.

Selon le même rapport du BCS paru début avril 2017, les ventes d’appartements en VEFA [ndlr : Vente en État Futur d’Achèvement, également dit première main] sont en baisse de 1.30 % pour la période juin 2016 – février 2017, passant de 2,530 à 2,420 appartements/mois. Mais lorsque l’on s’intéresse à l’ensemble de la période février 2016 – février 2017 les chiffres sont encore plus frappants. De fait, durant la première moitié de cette période les ventes mensuelles oscillèrent entre 2,500 et 3,000 logements, pour passer à un chiffre oscillant entre 2,000 et 2,200 pour les 6 derniers mois de la période étudiée ; seul le mois de janvier 2017 a connu un pic de ventes contrastant avec le reste de la période étudiée.
Ces chiffres peuvent en partie expliquer le ralentissement de l’augmentation des prix ces-derniers mois.

Mais de tous les indices de l’immobilier, le plus remarqué est celui du coût des loyers en pleine augmentation, avec une augmentation moyenne de 1.10 % du coût du loyer au mois de mars 2017 sur les nouveaux baux signés contre une moyenne annuelle d’environ + 0.20 %. À ce stade, il n’y a rien d’autre à faire avec cet indice, si ce n’est le surveiller.
Toutefois, cette augmentation peut être l’une des conséquences de la redevance à laquelle serait assujettis les propriétaires multiples – également connue sous l’appellation  » impôt sur le 3ème bien  » – et ayant poussé nombre de propriétaires multiples à se défaire d’une partie de leur patrimoine immobilier qui était destiné au marché locatif jusqu’alors.
Par ailleurs, nombre de locataires ont témoigné de clauses prévoyant qu’en cas de redevance à laquelle serait assujetti leur propriétaire, ce-dernier serait alors en mesure de pouvoir réviser le loyer à la hausse.

Actuellement (avril 2017), la redevance à laquelle seraient assujettis les propriétaires multiples est étudiée par la Cour Suprême, qui pourrait éventuellement l’annuler, nombres de processus n’ayant pas été respectés au cours de sa légifération.
En toutes hypothèses, nombre d’appartements qui étaient jusqu’à présent destinés au marché locatif ont déjà été vendus, si bien que l’offre sur ce marché a diminué provoquant irrémédiablement une augmentation du prix des loyers.

Pour autant, gardons nous bien de tirer des conclusions hâtives. Encore une fois, il s’agît d’une augmentation observée uniquement au cours du mois de mars 2017 et seuls les mois à venir permettront de déterminer s’il s’agît d’une tendance durable ou d’une correction ponctuelle du marché.

The Marker

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!