Chargement...

L’augmentation des taux sans impact sur les prix de l’immobilier !
L’augmentation des taux sans impact sur les prix de l’immobilier !

La Commission monétaire de la BCI – Banque Centrale d’Israël – a fait savoir dans un communiqué qu’en dépit de l’augmentation des taux d’emprunt, ainsi que de l’offre, l’augmentation des prix de l’immobilier ne montre aucun signe de ralentissement.

Dans son dernier rapport publié le 10 novembre 2016 suite à sa réunion du mois d’octobre 2016 présidée par le gouverneur de la BCI, Karnit FLUG, et dont le sujet principal fut les taux d’intérêts sur le marché, la Commission monétaire constate que la croissance des prix de l’immobilier ne montre aucun ralentissement, tandis que les taux d’emprunt pratiqués par les banques ainsi que l’offre d’appartements ont augmenté conjointement.

Selon le BCS – Bureau Central des Statistiques – entre les mois de septembre 2015 et 2016, les prix des appartements de type première main ont augmenté de 6.80 %, soit une augmentation constante et similaire à celle connue au cours de l’année 2015, à savoir 8 %, ou depuis le début de l’année 2016.

Ce chiffre est d’autant plus étonnant, lorsqu’on sait que le stock d’appartements de type première main était de 29,800 appartements en août 2016, soit le pic de disponibilités depuis le début de l’année 2016.
Tout cela sur fond d’augmentation des taux d’emprunt : ces-derniers ont augmenté en moyenne entre 0.15 % et 0.25 % pour les différentes formules et pour le seul mois de septembre 2016.

Par ailleurs, la Commission monétaire fait savoir que sa décision de ne pas toucher au taux directeur, a savoir actuellement 0.10 %, est essentiellement motivée par une inflation basse, voire nulle, qui est de 0 % depuis le début 2016, soit loin des 1 à 3 % annuel que la BCI s’est fixée pour objectif…

Elle insiste également – de même qu’elle l’a fait il y a quelques mois – sur le fait que la Croissance est actuellement encore menacée, et encore plus d’un point de vue international où la croissance des échanges commerciaux est extrêmement faible, ce qui explique la politique monétaire expansionniste menée par les banques centrales.

Ainsi, la BCI fait savoir que pour l’instant elle n’a pas l’intention d’augmenter le taux directeur avant le second semestre 2017.

Calcalist

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!