Chargement...

Volume de constructions en perte de vitesse dès 2020 !
Volume de constructions en perte de vitesse dès 2020 !

Selon les chiffres du BCS – Bureau Central des Statistiques – le nombre de mises en chantiers et donc de constructions a baissé dès le premier trimestre 2019, à une cadence moyenne de 4.20 %/trimestre.

Avec 3,790 mises en chantiers au cours de la période octobre 2018 – septembre 2019, Tel Aviv est en tête des constructions ; d’ailleurs, le nombre de mises en chantiers y a augmenté de 28.40 % par rapport à la période
octobre 2017 – septembre 2018.

Baisse des mises en chantiers et des constructions depuis le début de l’année.
Selon les chiffres du BCS – Bureau Central des Statistiques – le nombre de mises en chantiers et donc de constructions a baissé dès le premier trimestre 2019, à une cadence moyenne de 4.20 %/trimestre.
Ainsi, depuis le début 2019 ont été mis en chantier 12,390 logements contre 12,830 au cours des 3 derniers trimestres 2018.
En d’autres termes, et si cette tendance venait à se maintenir, l’on va au devant d’une baisse continue du nombre de mises en chantiers pour peu que cette tendance se maintienne.

À noter toutefois qu’entre les mois d’octobre 2018 et septembre 2019 le nombre de mises en chantiers a augmenté de 8.10 % par rapport à la période octobre 2017 – septembre 2018, avec 52,360 constructions entamées contre 48,400 la période précédente.
Cela avait d’ailleurs permis de faire provisoirement baisser quelque peu les prix de l’immobilier.
Selon les projections d’économistes nationaux et au regard de la démographie israélienne, il faudrait lancer la construction d’au minimum 50,000 logements/an pour pouvoir répondre à la demande.
Ces chiffres sont donc encourageants…toutefois, l’on a accumulé un lourd déficit de constructions au cours des années passées, si bien que manque plusieurs dizaines – voire centaines – de milliers de logements.
Seules des mesures étatiques permettant la mise en chantier de plus de 50,000 logements/an permettront de palier à cette carence accumulée.

Avec 3,790 mises en chantiers au cours de la période octobre 2018 – septembre 2019, Tel Aviv est en tête du nombre de mises en chantiers ; elles ont d’ailleurs augmenté de 28.40 % par rapport à la période
octobre 2017 – septembre 2018.
Il s’agit là d’un chiffre inégalé depuis 2012.
Seul bémol, ces constructions étant essentiellement situées dans la zone de Sarona, à savoir des tours de haut standing, elles ne sont accessibles qu’à une faible partie de la population et ne répondent donc pas aux besoins de la majorité des ménages, car inaccessibles pour ces-derniers.

D’autres villes ont également enregistrées une explosion du nombre de mises en chantiers notamment en raison des accords d’aménagement du territoire signés avec le gouvernement et prévoyant des subventions gouvernementales permettant la construction de nouveaux quartiers dans ces villes, mais également le renouvellement des infrastructures existantes ; en contre-partie, la municipalité signataire s’engage à délivrer rapidement des permis de construire.
Beer Sheva connaît ainsi une augmentation de 247 % du nombre de mises en chantiers par rapport à la période octobre 2017 – septembre 2018 avec 2,778 logements lancés au cours de la période octobre 2018 – septembre 2019.
Kiryat Gat, qui fut la première à signer ce type d’accord, connait une progression similaire, 215 % avec 630 logements mis en chantiers.
De même pour Hertseliya qui connait une augmentation de 130 % avec 2,084 logements mis en chantiers ; l’on peut cependant douter d’une tendance durable dans le temps pour cette ville dont le maire freine les constructions nouvelles.
Harish, enregistre une augmentation de 119 % avec 1,984 mises en chantiers.

Au cours de la période étudiée, 6,520 logements ont été mis en chantiers dans le cadre de projets dits de  » Pinouy-Binouy  » [ndlr : projets consistant à reloger les habitants d’un immeuble/quartier provisoirement, afin de détruire leur immeuble/quartier et de reconstruire plus grand et neuf ; les anciens propriétaires reçoivent en contre-partie un appartement dont les loyers sont payés durant la durée des travaux, puis un logement plus grand] dont 3,000 dans le cadre de Tama 38-2, soit une augmentation de 11.50 % de ce type de projets ; à noter que le BCS ne déduit pas les appartements détruits dans le cadre de ce type de projets dans ses statistiques.
3,300 logements ont également été construits en suppléments de structures existantes, dont 1,860 dans le cadre de Tama 38-1, soit une baisse de 24.70 % comparativement à la période octobre 2017 – septembre 2018.
Ces chiffres s’expliquent notamment par un changement de la politique de logement voulant que les destructions-reconstructions soient plus sûres sur un plan des normes anti-sismiques que les mises en conformité de bâtiments existants.

Ynet

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!