Chargement...

Le Gouverneur de la Banque Centrale met le nouveau Gouvernement en garde et augmente les taux
Le Gouverneur de la Banque Centrale met le nouveau Gouvernement en garde et augmente les taux

La hausse supplémentaire du taux Directeur de 0.50 % par le Gouverneur de la Banque d’Israël, semble raisonnable au regard des prévisions, mais elle envoie un message très clair : la poursuite de la guerre contre l’inflation et un manque de confiance dans les mesures du nouveau Gouvernement pour la juguler – du moins pour le moment.

Mais ne vous y trompez pas, le Gouverneur ne faisait pas non plus confiance au précédent Gouvernement.

C’était en effet prévu, mais – et c’est un gros mais – de même que lors des six précédentes hausses de taux Directeur, le Gouverneur et la Commission monétaire qu’il préside ont choisi cette fois encore l’option la « plus dure » lors de leur réunion du 02/01/2023,  à savoir augmenter le taux Directeur de 0.50 points, soit le scénario le plus élevé parmi les prévisions faites.

Cette décision fait une nouvelle fois montre de la politique agressive menée par l’actuel Gouverneur de la BCI, le professeur Amir Yaron : trois jours après la formation du nouveau Gouvernement, le Gouverneur a décidé de prendre l’initiative,  apparemment peu confiant, à tout le moins à ce stade, en la capacité du Gouvernement à contrecarrer l’inflation, inflation qui menace d’une faible croissance.

Au cours de la conférence de Presse donnée par le Gouverneur suite à l’augmentation du taux, était aisé de comprendre ses craintes liées à des promesses faites dans le cadre de coalition qui pourraient pousser le Gouvernement à dépenser des milliards pour les honorer, plutôt que d’allouer ces mêmes sommes à des fins plus importantes pour l’ensemble de la population. « Il est important que le nouveau Gouvernement se comporte avec la responsabilité requise en matière de politique budgétaire, en particulier pour ce qui est des dépenses dont le but n’est pas de soutenir une croissance durable », a déclaré le Gouverneur.

Il estime que le gouvernement doit agir de manière responsable dans les discussions budgétaires et ne pas favoriser certains secteurs : « dans un proche avenir, les discussions budgétaires débuteront, des propositions concrètes seront mises sur la table et les intentions seront clarifiées. Je crois que ce seront des décisions responsables sur le plan budgétaire, encourageant la Croissance et qui profiteront à l’ensemble de la population ».

Le Gouverneur promet également que ses économistes n’auront pas de repos : « la BCI continuera d’agir en tant que conseiller économique du Gouvernement et lui fera part de la manière la plus professionnelle et la plus responsable de sa position concernant les mesures à prendre.

En des termes plus explicites, le Gouverneur dit en fait : « j’ai lu attentivement les clauses des accords de coalition et je ne fais pas confiance à ce Gouvernement pour utiliser au mieux l’argent des contribuables. Par conséquent, j’augmente le taux Directeur et attends de voir comment vous vous comporterez. Mes économistes et moi sommes prêts à vous conseiller sur ce qu’il est bon de faire en ce moment et sur ce qu’il ne faut pas respecter (les accords de coalition) ».

Semble que le Gouverneur et les membres de la Commission monétaire soient assez inquiets. Les données parlentd’elles-mêmes : alors qu’aux États-Unis et dans d’autres grands pays, l’inflation a déjà été maîtrisée et commence à baisser, en Israël, elle est encore en hausse, et pourrait augmenter au cours des semaines à venir en raison de la vague actuelle de hausses des prix (Énergie, etc.).

Tandis que le précédent Gouvernement terminait son mandat sur un excédent de 30 milliards de shekels, la BCI prévoit un déficit qui pourrait bientôt atteindre ce montant, mais dans le rouge.

Ne nous y méprenons toutefois pas : le Gouverneur ne faisait pas plus confiance au précédent Gouvernement, certainement pas lorsqu’il est devenu un gouvernement de transition.

C’est d’ailleurs pour cela qu’il avait relevé le taux Directeur à des taux plus élevés que ne l’avaient prévu les différents économistes à l’aune d’une inquiétude provoquée par la vague de hausses des prix.

Contrairement aux espoirs de certains économistes, politiciens et chefs d’organisations économiques, tablant sur une petite augmentation de 0.25 %, « nous verrons comment le nouveau Gouvernement fonctionnera et aviserons lors de la prochaine réunion de la Commission monétaire ».

De hauts responsables de la BCI également membres de ladite Commission ont clairement indiqué qu’ils poursuivraient la guerre menée à l’inflation et aux prix de l’immobilier, à l’aide de tous les outils dont ils disposent, en attendant – espérant – que le Gouvernement se joigne à leur lutte.

Le nouveau ministre des Finances, Bezalel Smotrich, et les membres de son Cabinet savent désormais très clairement à quoi s’en tenir concernant la prochaine réunion de la Commission monétaire en matière de taux Directeur, le 20/02/2023.

En clair, le Gouverneur aurait pu simplement dire : « si vous ne comprenez pas l’allusion et préférez verser des milliards de shekels aux mauvais endroits au cours des semaines à venir, le taux Directeur continuera de grimper ».

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!