office@keren-nolyor-el.com

Nouveau record en matière de prévisions : 150,000 constructions validées en 2018

Le Comité en charge de la planification de l’aménagement du territoire a validé en 2018 la construction de 150,000 logements, soient 20 % en plus qu’en 2017.
Pourtant, les transactions sont en baisse, si bien que certains promoteurs répugnent à se lancer dans des projets en Périphérie.

Le Comité en charge de la planification de l’aménagement du territoire a battu tous les records en 2018 avec l’appui de l’ATI – Autorité des Terres d’Israël – qui a maintenu le rythme des ventes de terrains constructibles.
Dans les faits, 150,000 logements venant à être construits ont été validés et ont été mis en vente des terrains permettant la construction de 70,000 logements, dont l’équivalent de 40,000 ont été vendus.

Comparativement à 2017, ce sont 23,000 unités de logements supplémentaires qui ont été validées à la construction.
Cette différence s’explique notamment du fait que 60,000 unités ont été validées par le Comité en charge de la planification des zones d’habitation prioritaires, qui a lui seul a validé 18,000 logements supplémentaires comparativement à ses chiffres de 2017.
Les comités régionaux ont validé les 90,000 restants, soient 5,000 de plus qu’en 2017.
Toutefois, ces chiffres sont encore plus spectaculaires lorsqu’ils sont comparés à ceux de la période 2013-2016 – il est alors question d’une augmentation de 50 %.

Concernant l’ATI, ses chiffres sont similaires à ceux des deux dernières années, avec la commercialisation en 2018 de terrains constructibles permettant la construction de 70,000 logements.
Pour autant, l’on observe une baisse des ventes : en 2016 furent commercialisés des terres permettant la construction de 46,000 logements contre 40,000 en 2017.
En 2018, ce chiffre est à nouveau en baisse et seules 57 % des terres ont été vendues, soient un peu moins de 40,000 logements ; ces chiffres mettent en lumière les craintes des promoteurs qui hésitent à se lancer dans des projets, à plus forte raison dans la Périphérie.

Ces chiffres s’expliquent également du fait que certains appels d’offres ont été mal préparés/commercialisés en raison notamment du calendrier électoral de certains ministres du Logement voulant gonfler leurs chiffres.
Ces ventes s’avèrent généralement problématiques par la suite.
Cette stratégie fut toutefois encouragée par l’ATI, que ce soit les années passées ou encore fin 2018, qui tablent sur le fait que les choses se structureront par la suite.

Globes

Notre unique intérêt est le vôtre !

Cliquez ici