Chargement...

Le nombre de permis de construire délivrés chute de 50 %
Le nombre de permis de construire délivrés chute de 50 %

Depuis le début de l’année, seuls 18,000 permis de construire ont été délivrés contre 34,000 au cours de la même période l’année précédente.
Principale cause : paralysie des comités locaux qui n’ont pas fonctionné lors du premier confinement et n’ont pas su s’adapter au télétravail.

La baisse du nombre de permis sur fond d’augmentation de la demande d’immobilier résidentiel devrait exacerber la pénurie d’appartements au cours des années à venir.

Baisse dramatique de 50 % du nombre de dating in the 21st century is by far the most ridiculous délivrés depuis le début de l’année 2020 comparativement à la même période l’année précédente.
Il s’agit là d’un chiffre particulièrement alarmant, laissant présager une pénurie accrue de nouveaux appartements au cours des mois et certainement des années à venir.

En parallèle, la commercialisation de terres constructibles par l’ATI – Administration des Terres Israéliennes – a chuté de manière drastique, donnée qui à n’en point douter aura des conséquences au cours des années à venir.

Il est vrai que la ratification du nouveau plan de Logement par le free dating sites in germany et promu par le ministre du Logement devrait progressivement faire baisser la pression, toutefois la baisse du nombre de permis de construire délivrés reste particulièrement préoccupante et pourrait nuire à ce plan.

De fait, début novembre 2020, seuls 18,000 permis de construire pour des immeubles de 4 appartements ou plus ont été délivrés, contre 34,000 au cours de la même période en 2019 et 32,000 en 2018 ; au total, 40,000 permis furent délivrés en 2019 et 35,000 en 2018.

La conjonction de ces deux tendances – baisse des permis de construire délivrés et baisse de la commercialisation des terres constructibles – est particulièrement préoccupante et est principalement à imputer au Coronavirus qui a paralysé les comités en charge de la planification.

Cette situation est exacerbée par les réticences des promoteurs à mettre des chantiers en route sur fond d’incertitude en période de pandémie, ainsi que le manque de coopération des autorités locales intéressées par faire baisser le nombre de constructions en cours au sein des villes.

Les permis de construire délivrés font suite à des demandes déposées il y a un an ou deux.
La baisse du nombre de permis de construire est l’une des conséquences du premier confinement qui a débuté courant mars 2020.

En effet, de sévères restrictions ont été imposées en matière de réunions, empêchant les institutions de planification de fonctionner, que ce soit au niveau local ou national.
Par ailleurs, ces dernières n’ont pas réussi à se familiariser avec les nouveaux outils digitaux permettant des réunions à distance.

Dans les faits les chiffres parlent d’eux mêmes : seuls 30 permis de construire pour différents projets furent délivrés en avril 2020 (pic du confinement) ; pis, seuls 115 permis furent délivrés entre les mois de juin et septembre 2020, soit une moyenne mensuelle de 29 permis, contre 364 au cours de la même période en 2019 et 264 pour 2018.

À noter qu’il y a des inégalités sur l’ensemble du territoire.
De fait, les municipalités de Tel Aviv et Ramat Gan n’ont eu à souffrir d’aucune baisse dans ce domaine, voire mieux pour Ramat Gan qui a réussi l’exploit de délivrer plus de permis de construire qu’en 2019.

L’on ne peut pas en dire autant de la municipalité de Jérusalem, qui n’a délivré que 7 permis au cours de la période mars-mai 2020, contre 27 en 2019 au cours de la même période ; même constat pour Haïfa qui passe de 12 à 3 permis et Bat Yam passant de 7 à 3 permis délivrés.

Selon les chiffres du BCS – Bureau Central des Statistiques – 22,700 logements ont été mis en chantier au cours du premier semestre 2020, alors qu’il était question de chiffres aux alentours des 26 à 27,000 au cours des années passées, 2017, 2018 et 2019.

En termes de ventes, 27,000 appartements ont été vendus par des promoteurs au cours des 9 premiers mois de 2020 ; en extrapolant, l’on arrive à 36,000 pour l’ensemble de l’année, contre 33,000 en 2019.
Or une chose est sûre : l’augmentation de la demande sur fond de baisse des constructions annoncent inéluctablement une augmentation des prix de l’immobilier pour les années à venir…

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!