Chargement...

Le gouvernement en Israel veut éviter la flambée des prix de l’immobilier
Le gouvernement en Israel veut éviter la flambée des prix de l’immobilier

Afin d’éviter une fortement probable flambée des prix de l’Immobilier, ou tout du moins la ralentir, le CFI – Conseil Foncier d’Israël – a approuvé la proposition du ministère du Logement et de l’AFI – Autorité Foncière Israélienne – d’étendre la validité du modèle d’accords-cadre passés avec les autorités locales.

Des accords-cadre sont notamment prévus, entre autres, avec les municipalités de Rehovot, Bnei Aish et Ma’ale Adumim. Poursuite des accords-cadre : Le CFI a dernièrement approuvé la proposition du ministère de la Construction et du Logement en partenariat avec l’AFI, consistant à prolonger la validité de la décision du conseil de signer des accords-cadre avec les autorités locales qui passent notamment par la suppression des barrières de commercialisation et de développement et ce jusqu’à la fin 2021.

Cette décision vient entériner le modèle d’accords-cadre en tant qu’outil gouvernemental et permettra à l’État de signer des accords supplémentaires tout au long de l’année à venir.

Selon le plan de travail sur lequel planche actuellement le ministère du Logement, de nouveaux accords-cadre sont prévus pour un total de 45 000 logements répartis entre les localités de Rehovot, le conseil municipal de Bnei Aish, Rechasim, Tamra et Ma’ale Adumim, villes montantes situées en périphérie de grandes villes israéliennes.

Dans le même temps, l’AFI finalise de nouveaux accords de construction avec la municipalité de Kiryat Gat (un troisième accord-cadre devrait être signé avec l’autorité locale concernant la partie ouest de la ville), mais également celles de Ness Ziona, de Kfar Saba, de Petah Tikva, ainsi que d’Umm al-Fahm ; au total, ces accords portent sur 44,600 logements à venir.

Pour rappel, le modèle d’accords-cadre est un modèle promu depuis 2014, dans le cadre duquel l’État s’engage à subventionner le développement des infrastructures de soutien au Logement, afin d’inciter les autorités locales à délivrer des permis de construire portant sur la construction de milliers d’appartements.

À ce jour 32 accords de ce type ont été signés avec diverses municipalités dont notamment Eilat et la ville de Lod, qui ne se trouve qu’à 10 minutes de Tel Aviv en train.

Comme indiqué, les accords sont promus à la fois par le ministère du Logement (pour les terres dont le ministère est responsable) et par l’Autorité Foncière Israélienne (pour les terres dont l’autorité est responsable).

Yair Pines, actuel directeur général du ministère de la Construction et du Logement, estime que “prolonger la validité de la signature des accords-cadre est une étape charnière dans la construction du pays permettant de répondre à la demande croissante. La coopération avec les autorités locales permet de lier construction et développement. Dans les villes où les accords sont déjà en vigueur, des milliers de logements ont été construits, tandis que les quartiers et infrastructures existants ont été modernisés “.

Yaakov Quint, directeur de l’Autorité Foncière Israélienne, a pour sa part ajouté que “l’approbation unanime de la décision découle du fait que les accords-cadre sont le véhicule le plus important en matière de commercialisation d’unités de logement à long terme, mais également de notre capacité à produire des plans de travail efficaces. Mon autorité – l’AFI – et le ministère du Logement travaille de concert à l’élaboration de solutions à la crise du Logement que traverse le pays depuis de nombreuses années afin de répondre à la demande toujours plus grandissante. Cela passe par de nombreuses négociations avec les différentes autorités locales dans le but de signer des accords-cadre permettant la construction de 90 000 appartements supplémentaires”.

Quel que soit le gouvernement venant à sortir des urnes, la crise du Logement sera un enjeu majeur de son mandat.
De fait, la crise de la Covid-19 ayant entraîné un ralentissement du Commerce mondial, ainsi que des flux de matières premières, a exacerbé une situation déjà très compliquée, à savoir un manque grandissant de logements en Israël.

D’ailleurs, les chiffres dernièrement publiés par le Bureau Central des Statistiques mettent en lumière le fait que les israéliens n’ont pas attendu le résultat des élections et d’éventuelles mesures prises en matière d’Immobilier pour se ruer sur les appartements, provoquant par la même augmentation des prix et pénurie accrue…

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!