Chargement...

Le ralentissement du marché immobilier semble se confirmer !
Le ralentissement du marché immobilier semble se confirmer !

Le marché de l’Immobilier connaît un certain ralentissement : baisse de 16 % des acquisitions en mai 2022 comparativement à mai 2021.

Pour la troisième fois consécutive, les chiffres de ce Marché sont en baisse.

Selon les chiffres de l’Économiste en chef, seules 10,500 transactions ont été signées en mai 2022.

Les mois précédents, avril et mars, ont connu des baisses respectives de 18 et 5 % du nombre de transactions.

Le marché de l’Immobilier d’habitation connaît dernièrement un certain ralentissement.

Selon les chiffres de Shira Grinberg, l’Économiste en chef au sein du Gouvernement, seules 10,500 transactions ont été signées en mai 2022, soit une  baisse de 16 % comparativement à mai 2021 ; pour la troisième fois consécutive, les chiffres de ce Marché sont en baisse.

En mars 2022, 12,600 transactions furent signées soit 5 % de moins qu’en mars 2021, tandis qu’en avril 2022, cette baisse était de 18 % comparativement à avril 2021, avec seulement 9,000 ventes.

Il convient cependant de rappeler qu’en raison du calendrier religieux, avril 2022 fut un mois particulièrement chômé, ce qui explique notamment cette baisse.

Sur les 10,500 transactions signées au cours du mois de mai, 849 le furent dans le cadre d’opérations promues par le Gouvernement imposant des critères d’éligibilité permettant de bénéficier de divers avantages (moins d’apport personnel requis, prix d’acquisition moindre, etc.) et 9,600 sur le marché habituel.

Concernant les transactions de particulier-à particulier, ou dite de « seconde main », elles représentaient 6,700 opérations, soit 16 % de moins qu’en mai 2021, mais de 15 % supérieur à leur nombre en avril 2022.

La baisse du nombre de transactions dites de « seconde main » est notamment à imputer à la dégringolade de leur nombre dans les zones à forte demande, avec une chute de 31 % de leur nombre entre mai 2021 et 2022 dans la région Centre et Netanya.

Selon Grinberg, la baisse dans ces zones a d’ailleurs débuté en décembre 2021, soit concomitamment à la révision à la hausse de la taxe d’acquisition, ramenée pour les investisseurs de 5 à 8 % à la fin du mois de novembre.

Elle constate par ailleurs, qu’au « cours des 20 dernières années, il s’agît d’un des mois de mai les plus faibles en termes de transactions de particulier-à particulier, juste après le mois de mai 2020 qui fut un mois d’incertitude en raison de la pandémie de Covid-19, et mai 2003, durant la deuxième Intifida ».

La baisse ne touche toutefois pas que le marché des particuliers, mais également celui des VEFA, ou achats sur plans, également en baisse de 16 %, avec un nombre passant de 4,500 transactions signées en mai 2021 à 3,800 en mai 2022.

Comme mentionné plus haut, 849 des appartements vendus sur plans au cours du mois de mai 2022 le furent dans le cadre de plans gouvernementaux, de sorte que seuls 2,900 le furent sur le marché libre.

306 d’entre eux ont été achetés par des fonds investissant dans le logement locatif, de sorte que les particuliers ont acheté moins de 2,600 appartements sur le marché libre.

Dans la mesure où les fonds achètent en masse au sein des projets dans lesquels ils investissent, ils bénéficient d’un rabais.

Ainsi, le fait que relativement peu d’appartements neufs aient été vendus à des particuliers pourrait conduire à un arrêt de la hausse des prix des appartements sur plans.

Concernant les zones ayant connu les plus fortes baisses, il s’agît encore une fois de la région Centre, qui enregistre une chute de 30 % du nombre de transactions à Tel Aviv entre mai 2021 et mai 2022, tandis qu’elle est de 28 % à Rehovot.

60 % des VEFA vendus l’ont été sur plans, soit avant la mise en chantier, tandis qu’en mai 2021, ce chiffre était de 47 % ; il s’agît là de la proportion la plus importante au cours des 30 derniers mois, qui peut éventuellement être imputée aux opérations de préventes que les promoteurs multiplient et au cours desquelles il est possible de bénéficier de réductions substantielles.

Du côté des investissements, leur baisse est encore plus impressionnante avec une chute de 26 % entre mai 2022 et mai 2021, passant de 2,500 transactions réalisées par des investisseurs à 1,900.

À noter que ce chiffre englobe également les appartements achetés par des fonds d’investissement, si bien que les opérations réalisées par des investisseurs physiques tombent au nombre de 1,600.

Au cours du mois de mai 2022, les investisseurs ont vendu 2,300 logements, soit 10 % de moins qu’au cours du mois de mai 2021 ; en d’autres termes, le total des appartements détenus par des propriétaires, a baissé de 400 unités au cours du seul mois de mai et de 4,100 au cours des six derniers mois.

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!