Chargement...

Les vraies raisons de l’augmentation du taux directeur en Israël
Les vraies raisons de l’augmentation du taux directeur en Israël

En l’absence de gouvernement durable, c’est la BCI – Banque Centrale d’Israël – qui est aux commandes. Galvanisé par les chiffres d’une Croissance plus forte que l’Inflation, le Gouverneur de la BCI a augmenté le taux directeur de 0.75 %, plus forte augmentation connue au cours des 20 dernières années.

Concernant les emprunteurs, ils devront se faire une raison…

Face aux chiffres de l’Inflation, le Gouverneur de la BCI n’avait pas d’autre option que celle d’augmenter le taux directeur.

Cette fois-ci, il s’agît de la plus forte augmentation connue au cours des 20 dernières années, la BCI menant une guerre sans répit à l’Inflation et à la flambée des prix de l’Immobilier.

Pour ce qui est de l’actuel Gouvernement, s’agissant du cinquième gouvernement de transition au pouvoir en trois ans et demi, l’on ne peut rien attendre de lui : il n’injectera pas de fonds dans l’Économie, il ne mènera aucune réforme, il ne prendra aucune réforme fiscale et enfin, n’agira pas contre les monopoles.

Ainsi, la BCI est seule aux commandes.

Au cours de la dernière réunion de la Commission monétaire au terme de laquelle fut décidé d’augmenter le taux directeur, de nombreuses questions et réflexions furent soulevées ; ci-dessous un résumé de ces dernières.

La forte Inflation est-elle temporaire ou va-t-elle continuer à augmenter au cours des mois à venir ?
Selon les prévisions de la BCI, l’Inflation devrait ralentir durant le second semestre 2022, et en 2023 ; l’on observe d’ailleurs quelques signes de ce ralentissement en Israël, comme dans le reste du monde.

Est-ce que des augmentations abruptes du taux directeur peuvent freiner l’augmentation du coût de la Vie ?
La BCI s’attendait à ce que les augmentations précédentes du taux directeur amorcent le début du processus de ralentissement, mais les baisses ne furent pas au RDV.

Toute la question lors de la dernière décision était de savoir de quel ordre devait être l’augmentation afin que l’effet se fasse ressentir sur les prix.

Quel effet sur les prix de l’Immobilier ?
En l’absence d’un gouvernement capable de mettre en oeuvre de véritables plans permettant de répondre à la Demande, les israéliens ne croient pas en une hypothétique baisse des prix et ce en dépit des augmentations répétées du taux directeur ; c’est une situation qui se poursuivra pendant des mois, jusqu’à la formation du prochain gouvernement.

Ces augmentations répétées du taux directeur ne risquent-elles pas de mettre les emprunteurs en difficulté ?
La BCI estime que le taux d’intérêt actuel ne met pas encore en danger les emprunteurs ; elle estime que la portion des ménages pouvant être mis en danger du fait de ces augmentations est epsilonesque.

Le Gouverneur a d’ailleurs abordé la question lors de son annonce d’augmentation du taux directeur en la mettant en perspective, expliquant que « lorsque l’on s’intéresse aux chiffres des crédits immobiliers contractés au cours des cinq dernières années, l’augmentation du taux directeur équivaut à une augmentation moyenne de 245 ILS/mois du coût de l’emprunt moyen. Il est important de comprendre que la douleur des augmentations actuelles, et nous la comprenons, permet d’éviter une douleur bien plus grande à l’avenir. »

Une quatrième hausse consécutive du taux directeur, et à un rythme élevé, pourrait-elle entraîner une récession ?
Les derniers chiffres publiés par le Bureau Central des Statistiques ont clairement fait montre de la vigueur de l‘Économie israélienne et de sa résilience.

Avec une Croissance de 6.80 % au cours du deuxième trimestre, soit une Croissance plus forte que l’Inflation, il n’y a aucun danger de récession à l’horizon ; mieux, l’Économie ne montre pas même un signe de ralentissement.

Enfin, une des questions centrales au sein des membres de la Commission monétaire : comment vont se comporter les autres gouverneurs de banques centrales ?
Selon toute vraisemblance, les gouverneurs continueront avec des augmentations agressives du taux directeur, principalement aux États-Unis et en Europe, où l’Inflation monte de façon alarmante, et ce en dépit de l’augmentation de son taux directeur pour la première fois en 11 ans.

C’est pour toutes ces raisons, que la BCI a vu comme seule alternative une augmentation extrêmement élevée du taux directeur, après la précédente augmentation d’un demi pour cent.

La banque centrale va maintenant examiner l’impact de cette augmentation sur le coût de la Vie, ainsi que sur les prix de l’Immobilier, avant les prochaines réunions de la Commission monétaire devant se tenir au sujet du taux directeur, à savoir les 3 octobre et 21 novembre, dernières réunions pour 2022.

Dans tous les cas, l’augmentation des taux d’intérêt pour la quatrième fois devrait augmenter les remboursements mensuels de la plupart des emprunteurs de quelques centaines de shekels par mois, par rapport aux remboursements d’intérêts qu’ils avaient jusqu’en avril 2022.

À n’en point douter, certains israéliens réfléchiront à renégocier les conditions de leur emprunt en passant sur des formules autres que celles indexées au taux directeur.

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!