Chargement...

Les prix de l’Immobilier augmentent…les taux d’emprunt aussi !
Les prix de l’Immobilier augmentent…les taux d’emprunt aussi !

Le spectre de l’augmentation des taux d’intérêts en raison de l’Inflation galopante, conjugué à la pénurie de l’Offre sur le marché de l’Immobilier ont eu des conséquences impressionnantes : en l’espace d’un trimestre, la mensualité moyenne à bondi de 12.40 % tandis que  l’apport personnel exigé a augmenté dans le même temps de 14.50 %.

En parallèle, les revenus des ménages ont augmenté.

L’Indice publié par l’Institut Alrov et s’intéressant à la capacité d’acheter un logement met en lumière le fait que le spectre de l’augmentation des taux d’intérêts en raison de l’Inflation galopante, conjugué à la pénurie de l’Offre sur le marché de l’Immobilier ont eu des conséquences impressionnantes et jamais rencontrées au cours de la dernière décennie, avec des augmentations aussi bien de la mensualité moyenne concernant le remboursement de l’emprunt immobilier, que de la part de l’apport personnel exigé.

« Les hausses des prix des appartements et des taux d’intérêt hypothécaires sont dramatiques », explique le professeur Ben Shahar, l’un des professeurs travaillant au calcul de cet indice, avant de reprendre sur le fait que « généralement, lorsque les taux d’emprunt augmentent, l’on observe une baisse de la demande, ce qui entraîne une baisse du prix des logements. On peut interpréter la situation actuelle à une anticipation des ménages, qui s’empressent d’acheter avant que les prix n’aient trop augmenter ».

« Toutefois », explique-t-il, « si les taux d’intérêt continuent à augmenter, nous assisterons probablement à une certaine accalmie, certains ménages ne pouvant pas suivre sur le plan du coefficient d’endettement, lui même découlant du taux d’emprunt. Ce phénomène pourrait également ouvrir de nouveaux marchés, celui d’appartements plus petits et se trouvant dans la Périphérie ».

Dans le cadre du calcul de l’Indice, l’Institut s’est intéressé à 12 villes, au sein desquelles les prix de l’Immobilier ont augmenté en moyenne de 5.80 % entre le dernier trimestre 2021 et le premier trimestre 2022.

Les formules shekels en taux variable ont augmenté au cours du premier trimestre de cette année de 0.92 %, entraînant une hausse moyenne des taux d’intérêt de 0.62 %.

Parallèlement, une augmentation de 5.10 % du revenu mensuel moyen au cours du même trimestre a réussi à modérer légèrement l’effet des taux d’intérêt et des prix de l »immobilier ; au cours des 12 derniers mois, le revenu moyen a augmenté de 12.20 %.

Le remboursement mensuel moyen requis au premier trimestre 2022 pour un appartement de type F-4 financé à 70 % a augmenté de 12.40 % par rapport au dernier trimestre 2021, avec une échéance moyenne de 9,022 ILS ; comparativement au premier trimestre 2021, il s’agit d’un bond de 19.60 %.

Dans le même temps, l’apport personnel requis pour ce même type d’appartements et de telle sorte à ce que le coefficient d’endettement ne dépasse pas les 30 % des revenus du ménage, s’élevait à 1.13 million de shekels au premier trimestre 2022, soit une augmentation moyenne de 14.50 % par rapport au dernier trimestre 2021 et de 47 % par rapport au premier trimestre 2021 ; entre le dernier trimestre 2021 et premier trimestre 2022 l’apport personnel requis a augmenté de 143,000 ILS, passant de 988,000 ILS à 1.130 millions de shekels, soit une augmentation de 14.50 %.

Au cours des 12 derniers mois il a augmenté de 362,000 ILS, passant de 769.000 ILS à 1.130 millions de shekels, soit une augmentation de 47.10 %.

Lorsque l’Indice ne s’intéresse qu’au septième décile, les chiffres sont encore plus importants, avec une augmentation de 16.90 % entre le dernier trimestre 2021 et le premier trimestre 2022, passant de 856,000 ILS à 1 million de shekels, et une augmentation de 59.50 % entre les premier et dernier trimestres 2021.

Concernant le sixième décile socio-économique, il devra prévoir au moins 500,000 ILS d’apport personnel ou plus, afin de pouvoir accéder à la propriété immobilière au sein de 10 des 12 villes étudiées.

À Hadera environ 731,000 ILS, à Ashdod environ 751,000 ILS, à Petah Tikva environ 888,000 ILS, à Bat Yam environ 895,000 ILS, à Rehovot et Bnei Brak environ 1 million ILS, à Rishon Lezion 1.1 million ILS, à Jérusalem 1.2 million ILS, à Ramat Gan 1.4 millions ILS et à Tel Aviv 2,8 millions ILS.

Les ménages appartenants au septième décile ont besoin de fonds propres ne dépassant pas un demi-million de shekels à Beer Sheva, Haïfa et Hadera, et pour ceux issus du huitième décile, Ashdod, Petah Tikva, Bat Yam, Rehovot et Bnei Brak viendront s’ajouter à cette liste.

En moyenne et sur l’ensemble du territoire, les ménages issus du sixième décile auront besoin d’environ 1.23 million de ILS pour acquérir un F-4, ceux du septième décile d’environ 1 million de ILS et ceux du huitième décile de 728,000 ILS.

L’augmentation de l’apport personnel requis s’observe au sein de l’ensemble des villes étudiées dans le cadre du calcul de l’Indice ; la plus forte augmentation par rapport au trimestre précédent a été enregistrée à Haïfa avec une augmentation impressionnante de 77.90 %, soit 47,000 ILS en plus.

Par rapport au premier trimestre 2021, l’apport personnel moyen à augmenté de 362.20 % à Hadera, de 82 % à Ashdod, de 69.60 % à Petah Tikva et Rishon Lezion, de 59.30 % à Rehovot, de 45.40 % à Bat Yam, de 39.90 % à Jérusalem, de 35.40 % à Ramat Gan, de 30.10 % à Tel Aviv et de 27.90 % à Bnei Brak.

Pour ce qui est de la mensualité moyenne, elle est passée de 8,030 ILS au dernier trimestre 2021, à 9,022 ILS au premier trimestre 2022, soit une augmentation de 12.40 %.

Au premier trimestre 2021, la mensualité moyenne était de 7,545 ILS ; ainsi, en l’espace d’une année, il s’agit d’une augmentation de 19.60 % ou de 1,480 ILS.

Close Menu
error: Ce contenu est protégé !!