office@keren-nolyor-el.com

Tel Aviv et Bne Brak en tête du marché des secondes mains

Selon l’institut d’analyses et de sondages Elrov, de nombreuses villes ont connu une augmentation légère des prix de l’immobilier au cours du second trimestre 2019.
« En dépit d’une augmentation du prix moyen, les prix continuent de stagner ».

Selon les chiffres de l’institut d’analyses et de sondages Elrov, entre le premier trimestre 2019 et le second trimestre 2019, les prix des logements dits de seconde main ont augmenté en moyenne de 1.50 % ; comparativement au second trimestre 2018, elle est ramenée à 0.80 %.
Point intéressant : cette étude ne s’intéresse qu’aux secondes mains, tandis que celle menée par le BCS – Bureau Central des Statistiques – s’intéresse à l’ensemble du marché.

L’étude menée par les directeurs de l’institut, le Docteur Roni GOLAN et le Professeur Dani BEN-SHAHAR, s’appuie sur les chiffres des ventes de F-4 dits de « seconde main » dans 12 villes ayant enregistré le plus grand nombre de ventes au cours du second trimestre.
En ressort que sur les 12 villes étudiées, 7 ont enregistrées une augmentation des prix avec la plus forte augmentation des prix pour la ville de Bne Brak où ces-derniers ont augmenté au cours du seul second trimestre 2019 de 4.40 % !
Pour Ashdod, il s’agît d’une augmentation de 3.40 %, Tel Aviv 3.30 %, suivies de Petah Tikvah avec 1.70 % et Ramat Gan et ses 1.40 %.
En revanche, Haifa enregistre une petite baisse durant la même période de 1.80 %, Bat-Yam 1.70 % et Hadera 1.10 %.

Comparativement aux prix du second trimestre 2018, 8 villes enregistrent une augmentation, dont la plus forte est enregistrée pour Ramat Gan, qui connait une augmentation de ses prix de 4.40 %, suivie de Bne Brak avec ses 4.10 %, puis Rehovot avec 3.20 %.
En revanche, seules 4 villes enregistrent des baisses : Jérusalem connaît la baisse la plus importante avec 2.60 %, puis 1.10 % pour Ashdod et Beer Sheva.

Tandis que le marché des F-4 a enregistré une augmentation de 1.50 % entre le premier et le second trimestre 2019, celui des F-3 a connu une augmentation mineure de 0.10 % ; comparativement au second trimestre 2018, ce même marché enregistre une augmentation de 1.70%.
Même tendance pour les F-5 entre les 2 premiers trimestres 2019 avec une légère augmentation de 0.20 % ; par contre, ce marché enregistre une baisse de 1 % entre les seconds trimestres 2018 et 2019.

Analyse de BEN-SHAHAR : « bien que les chiffres permettent de conclure sur une augmentation des prix, semble que le marché reste mitigé », avant de rajouter que « lorsque l’on s’intéresse aux grandes villes telles que Tel Aviv, l’augmentation des prix est incontestable, toutefois dès que l’on s’éloigne vers la Périphérie, les résultats sont plus incertains, passant de baisses des prix à de faibles augmentations ».
GOLAN compare cette période à celle de 2005-2007 au cours de laquelle les courbes des prix étaient également mitigées avant de connaître une franche augmentation dès 2007.

L’on retrouve ce sentiment mitigé dans les fortes variations de prix d’un trimestre à l’autre.
De fait, au cours du premier trimestre 2019, certaines villes enregistraient de fortes baisses, telle qu’Ashod (-6.60 %), Jérusalem (-4.50 %), et Tel Aviv (-3.50 %), tandis qu’elles ont enregistrées de fortes hausses au cours du second trimestre : 3.40 % pour Ashdod, 3.30 % pour Jérusalem et 1 % pour Tel Aviv.
Tendance inverse pour Bat Yam qui passe de +4.70 % à -1.70 % et Beer Sheva passant de +1.10 % à -0.20 %.

À noter qu’au cours des dernières années, le Gouvernement a fait en sorte d’éliminer différents indices en matière de prix de l’immobilier : l’ancien ministre des Finances, Moshé KAHLON, conjointement à l’ancienne ministre de la Justice, Ayelet SHAKED, ont fait en sorte de mettre fin aux publications de l’Expert gouvernemental, tandis que le ministère du Logement a également cessé ses publications.
À ce jour, seuls les chiffres du BCS sont reconnus comme officiels par le Gouvernement.

Enfin, les tendances mises en lumière par le BCS et l’institut Elrov sont relativement similaires, à savoir des augmentations légères des prix.
Selon le BCS, les prix ont augmenté de 0.50 % au cours de la période mai-juin comparativement à la période avril-mai.
Ramenés sur les 12 derniers mois, il est question d’une augmentation de 1.40 % entre les périodes mai-juin 2018 et 2019, tandis qu’Elrov affiche une augmentation de 0.80 % pour la même période.

Calcalist

Notre unique intérêt est le vôtre !

Cliquez ici